Lourdes : « les coups de cœur de Karine »

Lourdes : « les coups de cœur de Karine »

  • Post Author:
  • Post Category:Lourdes

La rubrique des « coups de cœur Karine » est une rencontre hebdomadaire sur le site de Lourdes Actu, proposée par la Médiathèque avec Karine Aristin Chargée de la culture.

Cette semaine elle vous propose  » LE PAVILLON DE THÉ  » de Richard Collasse

LE PAVILLON DE THÉ

L’auteur : Richard Collasse. Né en 1953, écrivain et homme d’affaire, il est le Président Directeur Général de la Maison « Chanel », au Japon, où il vit depuis plus de 30 ans. Il a déjà écrit 5 romans, ainsi qu’un essai, en collaboration avec Shan Sa (artiste accomplie) française d’ascendance chinoise.

L’histoire :

R. arriva au Japon au début des années 60. Fraîchement émoulu d’une école le destinant à la diplomatie, il aura en charge le service du protocole. Les tâches afférentes à ce poste, malgré quelques dossiers exaltants, l’ennuient rapidement.

C’est que : homme actif et rempli d’énergie, R. a besoin d’aventure, de changement… Ce besoin de s’extirper de la monotonie, il s’emploie à l’assouvir en fréquentant, avec un de ses collègues -rompu à l’exercice- les lieux de plaisir, voire de débauche que l’on peut, sans mal, trouver dans certains quartiers de Tokyo.

C’est ainsi qu’il va littéralement plonger dans la culture, ainsi que les mœurs nippons, et autres coutumes. Et force est de constater que les comportements de ses comparses féminines ne satisfont, en rien R. ! A l’inverse, il est totalement déstabilisé par la froideur, le pragmatisme, voire la souveraine indifférence de ses partenaires autochtones. Un abysse les sépare.

Car R. rêve de romantisme, de passion. Et ici, point de cela ! Loin s’en faut ! Alors, bien entendu, des relations charnelles sans lendemain, des rencontres d’une soirée, affligeantes de vacuité émotionnelle, R. s’en lasse aussi au plus haut point.

Il rencontre, un soir, lors d’une sauterie d’ambassade, l’épouse d’un diplomate, par le biais de laquelle il sera initié à l’art du thé. Ce sera une révélation pour le jeune hyperactif. Ce sera même « la Voie ».

Son collègue et ami de débauche doit quitter le Japon pour une mission diplomatique à Madagascar. Avant de partir, il lui offre la possibilité de ne pas quitter le Japon en lui présentant un irlandais qui lui offrira un emploi.

R. peut s’installer définitivement. Il fait l’acquisition d’une maison, dans un vieux quartier ouvrier, et au fond de son jardin, fait construire, dans les règles de l’art, « une maison de thé ». C’est à une de ses leçons de cérémonie du thé, dont il est un élève assidu, qu’il rencontre Mariko. Il en tombe fou amoureux. Malheureusement, de par sa filiation avec une ancestrale lignée de samouraï, toute union est impossible…

Ce qui m’a plu :

Hormis l’intrigue dont le suspense sera dévoilé tout au long du livre, nous est, aussi, offerte l’occasion de parcourir, ici, un ouvrage empli d’une grande intensité narrative, doublée d’une magistrale analyse de la nature humaine.

De plus, l’auteur, par sa connaissance de cette civilisation passionnante, réussit le coup de maître de retranscrire, à travers ses phrases, toute l’âme du Japon, dans ses spécificités les plus subtiles.

L’on trouve, enfin, une grande profondeur dans les descriptions, qu’elles soient factuelles, ou qu’elles transcrivent les sentiments et les émotions.