Lourdes : Opération #ATable mercredi 27 mai derrière l’UMIH et le GNI
OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Lourdes : Opération #ATable mercredi 27 mai derrière l’UMIH et le GNI

  • Post Author:
  • Post Category:Lourdes

Ce mercredi 27 mai de 10h à 12h a eu lieu une action de sensibilisation des organisations syndicales des hôteliers-restaurateurs-bars pour demander la réouverture de ces lieux.

« Répondant à l’appel de l’ensemble des organisations professionnelles nationales du secteur derrière l’UMIH et le GNI, de nombreux Cafés et Restaurants Lourdais ont déposé devant les grilles de leur commerce, leurs tenues de chefs pour les Restaurants et des plateaux de verres retournés pour les bars. Le but de cette action était de sensibiliser les populations d’une possible NON-RÉOUVERTURE de ces lieux de vie et de convivialité que sont nos bistrots.

Des mesures importantes ont été prises, mais ne constituent qu’une première étape, pas suffisante pour sauver nos entreprises.
Il faut continuer d’accompagner nos entreprise qui seront dans la difficulté tant que des mesures sanitaires existent.

Les grands acteurs économiques (banques, assureurs etc..) ainsi que les collectivités locales ne doivent pas se retrancher derrière les mesure de l’Etat et prendre également leurs responsabilités pour nous soutenir.

En zone verte, à 5 jours de l’ouverture potentielle nous ne connaissons toujours pas les conditions exactes d’exploitation….

Il va être très difficile de mettre en place une organisation adaptées en 48h (ouverture, planning etc…). Prévoir le staff, savoir si nous pourrons ouvrir tous les jours ?

La France a besoin de retrouver ses bistrots, les bistrots ont besoin de vite retrouver leurs clients …. 

#aTable : bar de l’Hôtel de ville, le Cantegril, le Comptoir, le Passage, Da marco, le Grill Jeanne d’arc, brasserie le Bodegon, le Versailles, l’Epsylone

Conversation à bâtons rompus entre les hôteliers-restaurateurs-bars, les journalistes et le public

Tribune & opération du 27 mai communication GNI

« Chers collègues,

Le premier Ministre Edouard Philippe a annoncé dans sa dernière allocution une réouverture possible des CHR en zones vertes à compter du 02 Juin, précisant toutefois que la date définitive serait annoncée fin Mai.

Si le protocole sanitaire établi par les organisations professionnelles a reçu l’aval du Ministère du Travail, celui-ci fait toujours l’objet de débats auprès du Ministère de la Santé. De ce fait nous ne connaissons pas non plus à ce jour les conditions exactes de réouverture. 

Vos entreprises, et de fait chacun d’entre vous, vivez une situation extrêmement difficile.
Professionnels comme clients, chacun aspire à retrouver la convivialité et ce lien social qui nous ont tant manqués ces dernières semaines.

L’absence de ces lieux de vie, restaurants, bistrots, cafés, brasseries rejaillit sur l’ensemble les métiers de notre secteur, tous fortement impactés, Hôteliers, Traiteurs Organisateurs de Réceptions, Discothécaires et établissements de nuit.

C’est pourquoi nous avons souhaité nous exprimer sous forme d’une tribune dans la presse, adressée au plus grand nombre, au travers d’un collectif formé par les organisations professionnelles et des associations de restaurateurs. 

Au travers de cette tribune, nous imaginons l’inimaginable, un monde sans bar, sans restaurant, sans CHR. Un monde que nous refusons et dont personne ne veut. Nous avons à cœur de reprendre au plus vite nos métiers de contact, de convivialité et de retrouver nos clients.

Suite à la diffusion de cette tribune, une action symbolique se déroulera à Paris, sur lequel seront positionnées des vestes et toques représentant les entreprises, les femmes et hommes, chefs d’entreprise, salariés et apprentis de notre secteur.

En région, cette opération se déclinera par le dépôt d’une toque ou d’une veste devant chacun de vos établissements et nous vous invitons, en nombre, à prendre une photo et la diffuser sur les réseaux sociaux. Nous vous informerons des détails précis dans une prochaine communication.

Nous comptons sur votre mobilisation comme vous pouvez compter sur celle de l’ensemble des membres du GNI, élus et permanents, depuis de début de cette crise.

L’avenir nous sourira. »

Didier Chenet

Pour la première fois la totalité des représentants du secteur de l’hôtellerie et de la restauration prennent collectivement la parole et interpellent les pouvoirs publics et les acteurs économiques pour soutenir les milliers de professionnels sévèrement touchés par la fermeture de leurs établissements.

Une opération spéciale de mobilisation #ATable est envisagée sur tout le territoire le mercredi 27 mai.

Le collectif appelle chacun à prendre ses responsabilités au travers de 4 mesures qui s’imposent pour la survie du secteur.

●        L’ETAT

Le collectif demande pour toutes les entreprises du secteur quel que soit leurs tailles une suspension de paiement des charges sociales au moins jusqu’au 31 Décembre 2020 avec un maintien du régime de chômage partiel Covid-19 au moins jusqu’au 31 Mars 2021 et au-delà si les mesures de distanciation sociales sont maintenues.

·       LES GRANDS ACTEURS ÉCONOMIQUES NATIONAUX 

Les grands acteurs économiques nationaux, assureurs, grands opérateurs de l’énergie et de la téléphonie sont appelés à prendre part à l’effort en faisant fonctionner les mécanismes de solidarité nationale pour indemniser les pertes d’exploitation et réduire les charges courantes des professionnels.

·       LES COLLECTIVITÉS LOCALES

Les collectivités locales sont quant à elles invitées à renoncer cette année aux taxes de voiries, de terrasses et d’enseignes, pour permettre aux établissements d’augmenter provisoirement leurs emprises sur la voie publique et répondre aux mesures de distanciation sociale tout en préservant leur capacité d’accueil. 

·       LES BAILLEURS 

La profession souhaite aussi obtenir l’annulation des loyers sur la période de fermeture des établissements ainsi que leur corrélation à l’activité économique réelle tant que les obligations sanitaires restreindront leurs activités.

Au travers de ces mesures, le souhait le plus cher de la profession est de sauvegarder l’art de vivre à la française et d’accueillir les millions de français qui souhaitent retrouver dans les villes et les villages l’ambiance festive des comptoirs, des salles et des terrasses.

Gilles Fonts, Trésorier de CHR Lourdes