Lourdes : Michel Azot stop au pugilat politique !

Lourdes : Michel Azot stop au pugilat politique !

  • Post Author:
  • Post Category:Lourdes

Ce jeudi 16 novembre à 9h, au café-restaurant « Les 100 culottes », Michel Azot a donné une Conférence de presse politique accompagné par André Barreyat.

« Il était important que des points soient clarifiés. Je vais d’abord régler une question, qu’une certaine presse se plaît à imaginer, de façon définitive. La probabilité d’un ticket électoral Bourdeu-Azot est égale à zéro. J’ai dit à plusieurs reprises que j’étais dans l’opposition. Cette opposition est multiple, diverse. On a un certain nombre de dossiers sur lesquels nous avons des positions antagoniques avec l’actuelle majorité. »

Mais Michel Azot a voulu également se différencier de certains groupes à l’intérieur de l’opposition qui provoquent des attaques inappropriées : « Nous, nous concevons une opposition comme une opposition politique, exempte d’attaques personnelles dans un climat lourdais qui ne cesse de tourner au pugilat dès que l’on aborde une question politique. »

Ces attaques incessantes, « appauvrissement les débats, on ne va plus vers une orientation politique mais on ne parle que des problèmes des uns et des autres ». 

Pas de ticket électoral Bourdeu-Azot. Mais Mme Bourdeu n’est pas une ennemie politique. L’ennemi politique c’est les extrêmes. L’ennemi, politique ici c’est M. Heintz, élu du Front National et dont les prises de positions sont inacceptables.

L’affaire des « Bancs de la Grotte » est certes une histoire à dépoussiérer, sur le fonctionnement, l’organisation, le fonds juridique, peut-être même la vente mais il aurait fallu de la concertation.

La Convention avec les producteurs de la Comédie musicale « Bernadette de Lourdes », à qui on va louer l’espace Robert Hossein me semble déraisonnable et je voterai contre.

Vous me dites que Jean-Pierre Artiganave s’est inquiété de n’avoir pas été invité à la 9ème Biennale du RAP, mais il faut savoir qu’avant tout c’était un Congrès de scientifiques sismologues. Mais il y a eu 3 réunions publiques pour informer les Lourdais, qui sont d’ailleurs venus en nombre, où chacun était libre de se rendre ou pas. Certes une de ses réunions était plus officielle en présence des autorités civiles de l’Etat et de la Ville mais chacun aussi était libre de venir sans carton d’invitation.

La question du Personnel municipal : il y a certes à faire une régularisation préconisée par la Chambre Régionale des Comptes et aussi et avant tout parce que c’est inscrit dans la Loi et ce n’est pas que pour la Ville de Lourdes, c’est pour toutes les Collectivités. Il faut revoir notamment les horaires légaux de travail. Mais il faut une large concertation dans la forme et le fond.

Le Président de la République a organisé le 11 Novembre à Paris une Conférence sur la Paix. « Les Universités de la Paix » que j’avais initiées  à Lourdes me paraissent importantes à reprendre dans notre projet pour la ville, car notre cité internationale a une place importante à prendre dans ce caractère fraternel.

M. André Barreyat, du Parti radical social libéral

Le Parti Radical Social Libéral, n’est pas une génération spontanée, c’est le plus vieux parti politique de France, c’est lui qui par exemple a créé toutes les lois sur la Laïcité. Il s’était partagé en deux à un moment de son histoire entre d’un côté le Parti Radical de Gauche et le Parti Radical Valoisien. Aujourd’hui ils se sont à nouveau réunis et même si ce n’est pas simple il y a un réel avenir pour ce parti dans les Hautes-Pyrénées et ailleurs.

Au Conseil municipal, il ne s’agit pas de faire de l’opposition stérile mais de faire avancer des projets pour Lourdes.

Quant à un certain élu du Front National qui se cherche une virginité et qui prétend avoir changé de parti et mis de côté ses idées extrémistes, il aurait dû avoir le courage de démissionner publiquement de ce parti (qui il faut bien l’avouer lui avait permis quand même d’être élu).

Une question d’un journaliste, les interrogent ensuite sur ce qu’ils pensent d’un autre opposant Michel Rebollo qui a changé nombre de fois de partis politiques, élu en dernier sous la bannière UDI et qui a entre temps fait un petit tour par « En Marche » et qui revient à l’UDI prenant même les rênes de ce parti localement. Ils répondent avec une certaine ironie qu’il y est bien seul.

Lourdes-actu remercie Michel Azot pour son invitation à sa conférence de presse. Il ne fait jamais de la presse sélective comme c’est l’habitude pour certains que nous ne citerons pas et qui se reconnaîtront.